mardi 15 janvier 2008

Le mercredi, c'est pour les petits...


Le plus difficile est de prendre la décision, celle qui va engager pour un moment. Certaines décisions sont légères comme des bulles de champagne, on les prend sur un coup de tête, dans l'euphorie...Oh je les aime celles là...
D'autres pèsent.
Mon temps libre, c'est mon luxe, un jour par semaine tout à moi. Mais depuis que la petite fée est en seconde dans un lycée éloigné, plus le prétexte de faire taxi le mercredi, plus d'alibi.
Et ce travail qui profite de la faille et s'engouffre dans mon temps libre...Les jours de congé pas pris, perdus. Les heures pas récupérées, pas payées évidemment...
Cette surcharge de travail qui devient un défi! Une matinée de grand'messe dédiée au résultat, à la productivité, à la performance.
Alors c'est décidé, dès le 1 avril (quelle date!) je travaillerai à plein temps.
Seul moyen d'avoir à nouveau le contrôle...

7 commentaires:

  1. et moi qui rêve de temps libre ! ah Lena on n'est jamais satisfaite de ce que l'on a. Remarque je te comprends car lorsqu'il m'arrive de prendre une journée, pour peu que mon fils soit de repos, je passe ma journée à m'occuper de français espagnol et autres matières, de faire le taxi, le docteur, de jongler avec la poussière, le rangement, tenter de préparer un repas et le temps court court court ! tant est si bien que je dis "vivement demain que je sois au bureau" ;-)))

    RépondreSupprimer
  2. Allons bon !
    Le temps partiel, c'est un jour POUR NOUS ! Pas pour faire taxi pour aller à la pistoche ou au judo, pas pour cuisiner nettoyer repasser Lecleriser. Le temps partiel c'est pour SOI bon sang !
    Alors, je préfère à la limite que tu reprennes le travail à temps complet ; au moins, tu te lèves pour un truc utile.
    Mais non je n'exagère pas, mais écoute, les mères corvéables (et qui aiment ça pour certaines), c'est bon là non ?!
    Alleeeez, le travail c'est exaltant ;-))))
    Et puis dans quelques temps, tu recommenceras, différemment. Et tu savoureras ces bulles persos. J'ai bien dit PERSOS !

    RépondreSupprimer
  3. LG consciente de sa chance16 janvier 2008 à 21:39

    décision difficile à prendre !

    c'est dès le 1er avril qu'il te faudra imposer tes limites aux collegues et patrons... "8H de plus pour absorber la charge de travail en cours... et non 8h de plus pour en rajouter sur la pile, capito ?"

    il n'y a que le premier pas qui coûte pour poser les jours de congé auxquels on a droit, ou est-ce l'âge qui fait prendre conscience du temps qui file sans nous ?

    RépondreSupprimer
  4. moi aussi à l'époque je consacrais mon temps libre à accompagner les enfants partout et j'étais contente de pouvoir le faire moi même justement, mais plus grands je me suis empressée de le garder pour moi et quand mes collègues me disaient "ah oui c'est bien, ça te permet de faire le ménage repassage comme ça le we tu es tranquille" je leur répondais "surtout pas !"
    et après tant d'années toujours pas de regret car le ménage est toujours là alors que certaines personnes ont disparu !

    RépondreSupprimer
  5. Je ne sais pas quoi dire a ca. Ca fait des annees que je me bats pour obtenir un temps partiel. Ces temps-ci, je l'ai, plus ou moins, de maniere temporaire. Pour ca j'ai sacrifie une heure de sommeil afin de travailler une heure de plus chaque jour. C'est dur de partir a l'aurore, sans meme un bisou aux enfants. Evidemment je fais le taxi, je m'occupe du linge et tutti quanti. Mais ca me permet de voir ma fille sur son poney, de leur faire manger autre chose que leurs steacks haches frites habituels du mercredi, de leur faire un gateau. Dans quelques mois question va se reposer et il est probable que je n'aurai plus cette liberte. Alors j'en profite. De toutes facons, du temps libre pour moi-meme, je n'en ai jamais.
    Tu es sure, vraiment?

    RépondreSupprimer
  6. Ariane, il y a des moments où il faut prendre les mesures qui nous permettent de reprendre le contrôle de notre vie. Avoir une journée, mais réaliser qu'elle est de plus en plus tronquée, et courir, stresser, voir s'accumuler le travail, les quatre autres jours... Mais il m'arrive aussi de dire "vivement demain au bureau" ;-)))

    Hé celle qui déléguerait enfants et chats et chiens, petits, à ....ses amis? ses voisins? son coiffeur? Meuh non, pas toi, je te vois à l'oeuvre avec Catwomen, tu prendrais bien des RTT pour elle ;-)))

    LG, tu as raison, j'ai bien peur que c'est ainsi que cela va se passer.
    Le problème, c'est qu'il y a des gens qui dépendent du travail que tu fais, alors avec tout le fond de ton éducation judéo-chrétienne...

    Quand les enfants sont petits, Gracianne, ils dévorent le temps dont on dispose, et on est ravi, on en redemande. On en profite au maximum, ça passe si vite.
    Depuis octobre, la différence de rythme entre mes jours de travail et mes jours de repos est si démesurée alors rééquilibrer est la solution...j'espère...

    RépondreSupprimer
  7. Ah oui... zut...
    On ne peut décemment pas déléguer la garde de ses petiots tous les mercredis du calendrier. On voit à la spontanéité de mon premier commentaire que je n'ai pas été confrontée à ce dilemme ;-))
    (je crois que j'aurais pris les vendredis plutôt !).
    Tu sais que, très longtemps, j'ai zappé toutes les rtt, pris que quinze jours de vacances l'été et perdu quelques congés restants ?
    C'EST FINI !! Ca fait bizarre au début, je culpabilisais comme une dingue (l'impression de ne pas être "honnête", c'est un comble). Et je me rends compte que la boîte est toujours debout (et moi aussi).
    Tu vas y arriver Léna ;-)

    RépondreSupprimer