dimanche 13 janvier 2008

La lasagne, leur madeleine...



Quand les jeunes rentrent le week-end, la question rituelle après les mots de bienvenue est "Qu'est-ce qu'on mange?" Après une semaine de cantine médiocre et de petits repas pris sur le pouce, nous sommes indulgents... Et bien sûr, ils plébiscitent ce plat éminemment régressif, peu orthodoxe, moelleux comme un édredon, odorant comme la garrigue en été...

Pour le ragù:

- 600 g de viandes hachées: 300 g de veau - 300 g de boeuf
- 150 g de pancetta ou un reste de jambon de Parme
- Un haché de légumes : 1 carotte - 3 oignon - 1 blanc de poireau de taille moyenne -
4 gousses d’ail - 2 branches de céleri bien nettoyées - 1 bouquet de basilic en saison ou 2 pincées d'origan -2 branches de thym - feuille de laurier fraîche
- 1 kg de tomates pelées, épépinées, si c'est une boite, une marque italienne
- 1 verre de vin rouge
- 1 poivre long, 1 pointe de couteau de piment
- sel, poivre noir
- Un filet d’huile d’olive extra vierge à cru première pression à froid


Dans un premier temps, hachez tous les légumes et herbes
fraîches pour parfumer votre sauce.
Recouvrez ensuite d’un filet d’huile d’olive le fond d’une sauteuse.
Mettez sur un feu moyen.
Lorsque l’huile est à peine tiède, jetez-y le mélange de légumes et de d’herbes et laissez rissoler environ 5 mn.
Ajoutez ensuite les viandes et de petits morceaux de jambon de Parme qui corseront le tout.
Faites cuire jusqu’à obtenir un petit fond de sauce très aromatique. Arrosez alors le verre de vin et laissez évaporer.
Ajoutez les tomates, le poivre long et la feuille de laurier.
Laissez mijoter à feu doux pendant au moins 2 h jusqu'à ce que la viande soit fondante et la sauce épaisse

N'oubliez pas d'aller voir chez Gracianne, elle en parle si bien et sa recette est une merveille...et tant qu'à faire, allez y à fond, Dorian lance un Bolognaise Day d'anthologie...
Une sauce béchamel:

- 700 ml de lait
- 70 g de farine
- 50 g de beurre
- noix de muscade

Faites chauffer à feu doux le beurre dans une casserole à fond épais.
Quand il devient mousseux ajoutez vivement la farine au fouet. Ne laissez pas colorer.
Incorporez le lait sans cesser de mélanger, toujours à feu doux. Un souffle de muscade. Si vous tenez un quart d'heure au moins, votre sauce perdra le goût de la farine pour devenir un somptueux plaisir quasi illicite.

Pour mon indispensable couche verte,

Mélangez:
- 250 g de ricotta
- 50 g de parmesan
- un bol d'épinards blanchis et coupés
- 1 oeuf

Les pâtes? Ici la plupart du temps, elles sont fraîches , mais c'est un solide travail que nous faisons à deux, l'homme et moi, avec un super laminoir à moteur et en bavardant beaucoup. Alors dans un premier temps, des feuilles sèches feront parfaitement l'affaire. A partir de là, c'est simplissime, une couche de bolognaise, une couche de pâte, une couche de béchamel, une couche de pâte, une couche ricotta-épinard...on finit pour une couche de bolo plus béchamel, saupoudée de mozzarella grattugiata et d'origan. 30 minutes dans un four chaud, 210° TH 7.

Et bien sûr, on remplace le dîner par un bouillon de légumes...

9 commentaires:

  1. Le week-end prochain, je déjeune avec vous. Moi aussi j'adore les lasagnes !!!

    RépondreSupprimer
  2. Ah tu sais les faire! ca ne m'etonne pas que les enfants demandent "qu'est-ce qu'on mange?" quand ils debarquent avec une maman pareille. Les miens sont comme ca aussi, ils posent la question avant meme de me dire bonjour. Qu'est-ce que tu veux, on a fait des gourmands.
    Ca me fait penser qu'il faut que je ressorte le laminoir. Qu'est-ce que c'est bon la pasta faite maison!
    Bonne semaine Lena.
    Ah et puis, Regardeuse et Lena, vous m'avez fait plaisir par vos commentaires l'autre jour. Je ne sais pas si ces compliments sont merites, vous forcez un peu le trait ;) - mais ils m'ont fait du bien alors que j'avais une grosse baisse de regime.
    A bientot.

    RépondreSupprimer
  3. Evidemment c'est la couche de "verde" qui change tout ! j'en salive ... il n'est pourtant que 17h.30 mais ma salade de midi me semble si loin ...

    RépondreSupprimer
  4. Celle qui va être proscrite des blogs14 janvier 2008 à 20:48

    Gracianne, je ne suis pas quelqu'un qui flatte. Je sais faire, hein, faut pas croire, mais je m'abstiens (je peux même aller jusqu'à la flagornerie, c'est dire ! Pour des lasagnes par exemple, tu ne sais pas jusqu'où je pourrais m'abaisser). C'est juste que là, je le pensais vraiment ;-)

    Maintenant, à toi Léna. Tu connais mes élucubrations cuisinesques (ben non, même pas honte, ch'uis pas douée, ch'uis pas douée), mais là, je lis attentivement ta recette (tu m'avais déjà expliqué comment procéder si tu t'en souviens) et j'arrive au chapitre "l'homme et moi faisons les plaques de lasagne maison" TU AS DU M'ENTENDRE ECLATER DE RIRE JUSQUE DANS TA CUISINE !!!
    Tu as été mon éclat de rire de la journée Léna ;-)
    (ben si, ça AUSSI c'est un compliment mine de rien !)

    RépondreSupprimer
  5. Je sais bien Regardeuse, c'est pour ca que je viens ici discuter avec vous et que je m'y sens si bien.
    Dans les lasagnes tu sais, l'essentiel est dans la sauce. Si tu les fais avec des plaques de lasagne seches type Barilla, et que ta sauce est suffisamment liquide, tu n'as meme pas besoin de les precuire. Suis donc attentivement la recette de Lena jusqu'a ce point, tu obtiendras un resultat delicieux.
    La pasta maison, c'est pour les food-addicted comme nous. evidemment c'est meilleur, mais c'est surtout pour le plaisir de petrir la pate, de s'extasier sur sa malleabilite, de la passer et repasser au laminoir, de se couvrir de farine, d'en etaler plein la cuisine, et de passer finalement plus d'une demi-journee sur un plat de pates...

    RépondreSupprimer
  6. Bellesahi, quand il y en a pour huit, il y en a pour...

    Gracianne, c'est trop gentil, nous sommes des nourricières, heureusement que nous ne sommes pas nées abeilles, on en mourrait!
    D'autant que je me suis régalée avec ton billet, tu sais bien, tu le prouves là, ce n'est pas simplement de la "bouffe"...
    Ah non, pas sincère, je sais pas faire, sinon ne rien dire ou biaiser est la règle!
    Remonter le moral, c'est aussi fait pour ça, les amies.

    Ariane, parfaitement d'accord avec toi! Mais tu m'imagines pas ce qu'une petite couche verte peut déclencher comme commentaire dépité chez un de mes fils, encore fâché avec les légumes...

    J'adorerai voir Regardeuse en flagrant délit de flagornerie...
    Je suis ravie de t'avoir fait rire, c'est pas rien ça! Et c'est surtout très communicatif!
    Vi, vi, vi je sais! C'était la béchamel que tu voulais ferrer...

    Gracianne, je vais me répéter, mais ta réflexion est très sympa. Et j'adhère à ta manière de cuisiner, mettre de l'âme dans ce qui nourrit. A te lire, je t'imagine si bien.

    RépondreSupprimer
  7. Celle qui devrait se faire petite15 janvier 2008 à 18:51

    Mais les filles... je REVE de m'éclater à désélastiquer une pâte !! Je suis une quiche en cuisine, je vous jure que j'en souffre (oui bon, là, j'en fais trop). Disons que, c'est pénible de ne pas être douée, surtout lorsqu'on passe des repas à s'extasier sur les plats préparés divinement par les autres !!

    En plus, j'ai un palais éduqué, ne croyez pas ! On peut admirer Modigliani et ne pas savoir tenir un Stabilo pas vrai ?

    M'en fiche, je continuerai de venir chez l'une, chez l'autre et chez le Chat-Bleu. Heeee oui !

    RépondreSupprimer
  8. je reviendrais prendre la recette, les seules lasagnes que j'ai faites datent d'il y a 15 ans : im-man-gea-bleu (pas cuite)

    RépondreSupprimer
  9. La prochaine fois, j'essaie avec la sauce verte! (des lasagnes, ou des canneloni, c'est ce que G. aime réclamer quand il a l'impression que décidément, il y a trop de gris!)
    J'ai l'impression que tu es une super maman!

    RépondreSupprimer